Si vous souhaitez mesurer votre alcoolémie, vous devez utiliser un éthylotest. Il en existe de plusieurs sortes avec des capteurs dotés de technologies différentes. Nous allons vous expliquer comment fonctionne chaque éthylotest, en détaillant leurs avantages et inconvénients pour vous aider à bien choisir.

L’éthylotest chimique

Aussi connu sous le nom d’alcootest « ballon », il est composé d’un réactif chimique solide, le plus souvent du dichromate de potassium, qui se présente sous la forme de petits cristaux. Lorsqu’ils sont au contact des molécules d’éthanol, une réaction d’oxydo-réduction se produit et les cristaux vont se colorer.

Avantages :
Cette méthode est rapide et très peu couteuse (environ 2 euros le test).

Inconvénients :
Ce type de dispositif est à usage unique, jetable et périssable (durée de péremption d’environ 2 ans). Il ne permet pas d’obtenir un taux précis pour quantifier l’alcoolémie. Il peut contenir des produits toxique.

Adobe Stock

L’éthylotest électronique «semi-conducteurs»

La technologie des semi-conducteurs utilise un capteur d’oxyde pour mesurer la réactivité entre un oxyde métallique et les molécules d’alcool dans l’échantillon d’air expiré. Lorsque les molécules d’alcool entrent en contact avec l’oxyde métallique, la conductivité change en fonction de la concentration de gaz détectée dans l’air.

Avantages :
Ce dispositif est très compact et peu couteux. Il présente de bonnes performances pour des faibles concentrations (1) et a une faible consommation électrique.

Inconvénients :
Il est moins performant avec un débit faible type souffle humain (2). Des facteurs externes tels que la température, l’humidité et la pression peuvent affecter les performances du capteur. En cas de concentration très élevée, le dispositif se dégrade assez rapidement et le temps de nettoyage est plus long. Ce type d’éthylotest effectue un échantillonnage unique par souffle ce qui ne permet pas de détecter l’alcool résiduel en bouche (faux-positif).

Schéma d’un capteur semi-conducteur. Source (1)

L’éthylotest électrochimique

Les capteurs électrochimiques sont composés de 3 électrodes immergées dans un même électrolyte. La cellule de mesure est isolée du milieu extérieur par une membrane semi-perméable qui retient l’électrolyte tout en laissant passer le gaz. Quand le gaz entre en contact avec l’électrode de travail, une réaction d’oxydo-réduction se produit et un courant directement proportionnel à la concentration du gaz d’intérêt est créé entre celles-ci, et mesuré par un système de lecture. La troisième électrode, dite de référence, permet de réduire les phénomènes de dérive. Isolée du gaz, elle permet ainsi de calibrer la mesure.

Avantages :
Le capteur électrochimique est de petite taille ce qui permet à l’éthylotest d’être assez compact. Il est généralement assez abordable et ne consomme pas beaucoup d’électricité.

Inconvénients :
Des facteurs externes tels que la température, l’humidité et la pression peuvent détériorer le capteur et donc influencer la précision de la mesure. Ce type d’éthylotest effectue un échantillonnage unique par souffle ce qui ne permet pas de détecter l’alcool résiduel en bouche (faux-positif). Le temps de nettoyage entre chaque souffle est assez long. Sa durée de vie est limitée et nécessite une calibration régulière.

Electrochemical sensor © Industrial Scientific

L’éthylotest électronique à spectroscopie infrarouge

Contrairement aux autres types d’éthylotests, ceux dotés de la spectroscopie infrarouge ont une durée de vie presque infinie lorsqu’ils sont bien utilisés et conservés.

Le capteur qui constitue les éthylotests à spectroscopie infrarouge contient un émetteur infrarouge, un détecteur et une cuve de mesure qui est traversée par un rayonnement infrarouge. Quand l’air expiré est introduit dans cette cuve, les molécules d’alcool absorbent une partie de ce rayonnement et réduisent l’intensité du signal optique perçu par le détecteur. La concentration du gaz est calculée selon la loi de Beer-Lambert. Il n’y a aucune transformation ou détérioration d’un quelconque élément qui pourrait altérer l’état de l’outil. Il est cependant conseillé d’étalonner l’éthylotest au moins une fois par an pour garantir sa précision.

Avantages :
C’est la seule technologie qui sert pour la métrologie légale et qui est aussi fiable qu’une prise de sang. C’est d’ailleurs celle que l’on retrouve dans les éthylomètres de la police. Il s’agit de l’unique technologie qui puisse détecter de l’alcool résiduel présent dans la bouche, la trachée ou l’œsophage et donc à prévenir des faux positifs. Elle permet aussi d’avoir un résultat très précis. La durée de vie du capteur est presque infinie. L’analyse s’effectue tout au long du souffle et l’éthylotest détecte ainsi l’alcool résiduel dans la bouche, soit les faux positifs.

Inconvénients :
Le capteur est assez onéreux comparé aux autres technologies car les coûts de fabrication et les éléments qui le constituent sont élevés.

Infrared technology

OCIGO, le seul éthylotest doté de la spectroscopie à infrarouge miniaturisée

Cette technologie était initialement réservée aux éthylomètres des forces de l’ordre (lire notre article « Différences entre éthylotest et éthylomètre »). Aujourd’hui, Olythe a su miniaturiser cette technologie pour la rendre accessible à tous dans un outil transportable. OCIGO dérivent très peu dans le temps et garantissent une précision et une fiabilité semblables aux appareils professionnels les plus performants ! En savoir plus sur le capteur infrarouge d’OCIGO.

OCIGO © Olythe

Sources :

(1) B. Lawson, V. Laithier, T. Fiorido, F. Annanouch, Stéphane Burtey. Mox sensors for transdermal alcohol measurement: clinical trials and SnO2 sensors studies. Sensors, Energy harvesting, wireless Network & Smart Objects Conference, SENSO 2017, Nov 2017, Gardanne, France. ⟨hal-01787523⟩

(2) Kwoka, M., & Szuber, J. (2020). Studies of NO2 Gas-Sensing Characteristics of a Novel Room-Temperature Surface-Photovoltage Gas Sensor Device. Sensors (Basel, Switzerland), 20(2), 408. https://doi.org/10.3390/s20020408